x   retour a la liste complete         x   revenir à ma recherche

Dernière mise à jour : 15/05/2012

Eau Vive | créé en 1978

Environnement | Solidarité internationale
domain

Zone(s) d'intervention

FRANCE

AFRIQUE : Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée équatoriale, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Tchad, Togo

EUROPE : France

ASSOCIATION
labellisée

 

Coordonnées

27 rue Léon Loiseau
93100 Montreuil

http://www.eau-vive.or
g/

01 41 58 50 50

eauvive@eau-vive.org

statut legal

Association Loi 1901
Capacité d'émission de reçus fiscaux

Type(s) d'action :
Apport de biens, d'argent , Apport de compétences , Autre (Appui à la maîtrise d'ouvrage communale, Accompagnement des structures locales (villages, associations...)) , Formation conseil

objet

Eau Vive accompagne depuis plus de 30 ans les populations sahéliennes pour leur donner les moyens de vivre dignement : accès à l’eau potable et à l’assainissement, sécurité et souveraineté alimentaire, développement économique et social.

Eau Vive intervient en appui aux acteurs locaux pour leur donner les moyens d'être moteur du développement économique et social de leur pays : renforcement des structures locales (élus, communes, associations…), formation, appui à la maitrise d'ouvrage communale, formation de la société civile au plaidoyer, etc.

description de la mission de l'organisme

Fruit d’une construction partagée entre africains et européens depuis 1978, EAU VIVE ambitionne de porter le changement au Sud comme au Nord pour contribuer à construire un monde où tous les hommes et les femmes auront les moyens de vivre dignement.

La mission d’EAU VIVE est de rassembler et d’accompagner des hommes et des femmes pour améliorer leurs conditions de vie et de peser sur les causes du mal-développement :

- Améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement, la gestion de la ressource en eau et la mise en œuvre effective du droit à l’eau par des programmes de terrain doublés d’une action politique (plaidoyer) ;

- Contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaire des populations ;

- Venir en appui aux processus de décentralisation en renforçant les autorités locales et en œuvrant pour des coopérations décentralisées de qualité;

- Former et accompagner les acteurs locaux (élus, associations, entreprises, ...) pour les mettre en capacité d’être des acteurs du développement de leur pays ;

- Former et accompagner la société civile dans ses actions de plaidoyer pour lui donner les moyens de peser sur les décisions qui la concernent;

- Veiller, dans toute activité de terrain à la préservation et à la régénération de l’environnement.

La valeur ajoutée de l'action d'EAU VIVE n'est pas seulement le volume d'argent apporté ni les réalisations physiques mais une approche basée sur la liberté, la dignité, la fierté et l’équité.
Elle se joue sur des valeurs sociales de démocratie, de solidarité, d’engagement, de responsabilité, de confiance et de multiculturalisme.
Ses valeurs sont construites et portées depuis l’origine par ses adhérents et ses salariés.

Dans toutes ses activités, EAU VIVE veille à agir en conformité avec les politiques nationales en vigueur, tant sur le plan du respect des législations que sur celui des relations avec les institutions et administrations en charge.

principales missions

Eau potable, assainissement et appui à l'agriculture locale pour 60 000 personnes - 12 communes - Niger (2008-2011)

Au Niger, 58% de la population rurale n’a pas accès à l’eau potable et 93 % ne dispose pas de toilettes décentes.

Les femmes et les filles passent une grande partie de leur temps à aller chercher de l’eau. Les enfants se contentent souvent de l’eau des mares, avec toutes des conséquences terribles sur la santé. L’absence de système minimal d’assainissement engendre nombre de maladies souvent mortelles et attente à la dignité des populations.
Le manque d’eau entrave les dynamiques de développement locales et créé de nombreux conflits d’usage entre éleveurs, agriculteurs et population.

Eau Vive a lancé, en partenariats avec 12 communes du Niger, un programme d’accès à l’eau potable et à l’assainissement et d’appui à l’agriculture visant à :
- fournir l’eau et l’assainissement à 60 000 personnes,
- améliorer l’accès à l’eau aux éleveurs transhumants et aux producteurs maraichers, afin d'éviter les conflits autour des points d’eau,
- contribuer au développement économique de la zone en réhabilitant une mare à usage d’élevage et de maraichage*
- formation des 220 maires de la zone à la bonne gestion du service de l'eau et de l'assainissement
- formation de comités de gestion des points d’eau et de comités d’hygiène.

* La réhabilitation et le reboisement de la mare de Tolkoboye, point névralgique du réseau hydrographique (participe à la recharge de toutes les nappes de la zone), permet désormais de développer l’élevage et le maraichage dans la région et de sécuriser les autres sources d’alimentation en eau potable de la zone.

Enfin, le programme s’est attaché à mettre en œuvre les conditions de pérennité du service eau et assainissement par la formation des élus locaux et des structure impliquées dans la gestion du service.

Eau potable et assainissement pour 83 000 personnes au Mali - Région de Koulikoro (2008-2010)

Le Mali est un des pays les plus pauvres de la planète, classé 178ème en termes de développement humain sur 182 pays. 52 % de la population rurale n’a pas accès à l’eau potable.

Dans les cercles de Kati et Dioïla (région de Koulikoro), les indicateurs de développement sont particulièrement bas : couverture des besoins en eau, sécurité alimentaire, couverture sanitaire, taux de scolarisation et d’alphabétisation, réseau routier, enclavement, électrification, structuration des communautés villageoises…
La situation au regard de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement est très critique du fait du manque de disponibilité de cette ressource et de la pénurie d’infrastructures de base.

Pour faire face à ces problèmes, Eau Vive a réalisé, en partenariat avec les maires de 10 communes des cercles de Kati et Dioïla, un programme d’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour 83 000 personnes.

Le programme a permis également de renforcer la structuration des acteurs de la filière eau et assainissement :
- Formation de comités de gestion des points d’eau, de comités de salubrité (sensibilisation à l’hygiène et à l’entretien des latrines) dans 47 villages ;
- Formation de 10 artisans réparateurs de pompes et création de 4 Groupes mutuels de réparation
- Formation des élus locaux à la bonne gouvernance des services de l’eau.

Programme de sécurité alimentaire pour 200 000 personnes au Burkina Faso (région du Sahel) - 2008-2011

Février - août 2008, la crise alimentaire a encore frappé dans la région du Sahel (nord du Burkina Faso).

La malnutrition touche de nombreuses familles qui ne peuvent plus faire qu’un repas par jour. Les femmes et les enfants sont les plus cruellement touchés. Près de 50 % des enfants de moins de 4 ans ont un retard de croissance.

La région dispose pourtant d’un réel potentiel comme l’élevage bovin et le maraîchage. Mais le lait et les légumes n’étant pas transformés, ils ne peuvent être conservés jusqu’à la saison sèche, période au cours de laquelle l’alimentation des populations s’appauvrit sévèrement.

Le manque d’eau potable aggrave les problèmes de malnutrition. La consommation d’eau insalubre entraine des maladies hydriques (diarrhées, parasitoses) dramatiques chez les nourrissons et les enfants.
Les femmes et les filles doivent marcher des heures pour trouver de l’eau. Les mères de famille n’ont plus l’énergie ni le temps nécessaire pour s’occuper de leurs enfants et assurer la production agricole pour nourrir leur famille.

Pour briser le piège faim-pauvreté dans la région, Eau Vive a réalisé, en partenariat avec les élus locaux, un programme de prévention de la malnutrition, de renforcement de la sécurité alimentaire et d’accès à l’eau potable pour 200 000 personnes.

1 - Prévention de la malnutrition auprès de 30 000 femmes et 150 000 enfants
- Formation de 200 animatrices communautaires de nutrition,
- Suivi et promotion de la croissance de 150 000 jeunes enfants,
- Education, information et communication sur la nutrition auprès de 30 000 femmes.

2 - Eau potable pour 6 000 personnes et sécurité alimentaire :
- Accès à l’eau potable pour 6 000 personnes,
- Formation à la production agricole à forte valeur nutritive : Formation et équipement de 60 groupements féminins au séchage de légumes et formation de plus de 1 000 femmes à la fabrication de fromage peuhl, et à son utilisation culinaire.
- Promotion sur le marché local des légumes séchés et du fromage peuhl.

total général annuel
des ressources

5870 K€

leur message

300 millions d’africains n’ont pas accès à l’eau potable. 4 000 en meurent chaque jour. Et pourtant, l’Afrique regorge d’eau ! Santé, hygiène, alimentation, agriculture, éducation… l’eau est une ressource vitale pour le développement et la dignité humaine. L’eau fait pousser des hommes libres !

 
 

reseaux, collectifs et federations

 

Coalition Eau, PS Eau, Coordination SUD, CFSI, CRID, F3E

effectifs

effectifs rémunérés : 84
effectifs bénévoles : 127

AU SIEGE
12 salariés permanents*
12 salariés en CDI*
127 bénévoles*
Moyenne des 5 plus haut salaires (brut annuel)* : 49.0 K€

* : base équivalent temps plein : même exercice de référence que le budget global

POUR LES MISSIONS À L'ÉTRANGER
72 salariés locaux

gestion des ressources humaines

- Pas de plan de formation spécifique

- Pas d'emploi de personnes en difficultés ou handicapées

transparence, contrôle et ethique

ACTION INTERNE
350 adhérents
15 administrateurs
4 conseils d'administrations par an

L'organisme communique auprès du grand public :
- un rapport d'activité annuel
- un rapport financier annuel
- un ou plusieurs document(s) expliquant sa politique, son action et ses résultats

L'organisme possède :
- une charte de déontologie, Site web, AG
- une structure spécifique de contrôle interne de gestion (audit interne des procédures et achats)
- un contrôle interne de la gouvernance d'association

ACTION EXTERNE
- Présence d'un commissaire aux comptes

- Certifié ou audité par :
Cabinet PRAXOR Cour des Comptes

- Contrôlé par un bailleur public national / international :
Commission Européenne Ministère des affaires étrangères

developpement durable

 

Actions concrètes en matière de protection de l'environnement :

- Au siège :

Tri des déchets, économie de papier (généralisation de l’impression sur brouillon et recyclage du papier)

- Sur le terrain :

Reboisement, restauration des sols, gestion intégrée de la ressource en eau, sensibilisation au respect de l'environnement et à l'usage rationnelle de l'eau

Pérennité de l’action sur le terrain

Nos actions sont pérennisés par la mise en place des structures de gestion du service :
- au niveau des points d'eau (puits, forages, adduction d'eau) : mise en place et formation de comités de gestion des points d'eau
- au niveau des communes partenaires : formation des maires et des équipes communales à la maitrise d'ouvrage du service de l'eau (planification, passation de contrats avec les prestataires, gestion des infrastructures, etc.)
- mise en place d'un système de paiement de l'eau (en concertation avec la population et avec système de péréquation) pour couvrir les coûts de gestion et de maintenance des équipements
- création et formation de groupements mutuels de réparateurs de forage liés par contrat avec les villages ou les communes équipés de forage.

D'autre part tous les projets sont initiés par les communes et/ou villages, Eau Vive vient en appui à leur initiative et les accompagne dans la réalisation de leur projet.
Toutes les actions sont donc réalisés en impliquant les élus locaux, la population et l'ensemble des acteurs (direction de l'hydraulique, associations locales, etc.) dès le montage du projet et tout au long de sa réalisation.
Les villages et les communes participent financièrement et physiquement aux réalisations.
Cette forte implication garantit la pérennisation des réalisations.

 

toutes les informations présentées sur cette page ont été enregistrées par l'organisme sur base déclarative